Les réflexes recyclage au quotidien : vous en êtes où ?

En 2011, le recyclage semble bien ancré dans les comportements des français. Un sondage Eco-Emballages/IPSOS, précise que 84% déclarent trier leurs emballages chez eux. A leur travail, seul 47% des Français ont les mêmes réflexes que les gestes qu’ils ont chez eux. Incriminés, les collecteurs différenciés selon le type de déchets, soient inexistant, soit en nombre insuffisant, ou l’absence d’information sur les démarches prévues par l’entreprise pour faire appel à la filière des récupérateura agréés. Ex : un seul collecteur de piles pour toute l’entreprise lorsque 164 salariés y travaillent…. ou alors, un seul collecteur de papier par étage….

Eric Brac de la Perrière, directeur général d’Eco-emballages, formule l’enjeu : » Il faut encore se mobiliser pour réaliser notre objectif, à savoir 75% d’emballages recyclés (fixé par le Grenelle de l’environnement), contre 52% actuellement « .

Il existe des solutions. Cette démarche peut et doit pouvoir être appuyée par l’entreprise.

Quelques rappels sur les règles du recyclage :

Les 2 règles d’or à respecter sont simples, à condition de bien les connaître tout de même ! Presque tous les emballages et le papier peuvent être triés à quelques exceptions près !

Pour ce qui est du plastique peuvent être recyclé : bouteilles d’eau, gel pour les mains Vous pouvez laisser les bouchons sur vos bouteilles et flacons et pas besoin de les laver, mais simplement de bien les vider ! Ou ils peuvent être collectés à part, car des associations humanitaires les collectent et fabriquent des fauteuils roulants. En revanche, les emballages en plastique trop légers ne sont pas à recycler car leur transformation n’est pas rentable. Ne se recycle pas : Les sacs en plastique , le polystyrène des emballages.

Pour ce qui est du papier, du carton, du verre et de l’aluminium presque tous ces emballages se recyclent. C’est le cas des boîtes et emballages en carton, des boites aluminium ou conserves, des aérosols (nettoyant PC par ex.), des bouteilles en verre…

Pour tout ce qui est bureautique, mobile, appareils électriques, les entreprisent ont maintenant obligation de retraiter ces déchets par les filières professionnelles qui délivrent des certificats « BSDI » permettant de tracer les objets qui partent au recyclage, soit pour être retraités et reconditionnés, soit pour être détruits de manière à ne pas porter atteinte à la santé.

Il est également possible de se débarasser de ses anciens équipements informatiques et téléphoniques en passant la le recyclage/don de matériel et entraide via les associations agréées. Chaque entreprise peut participer à la réduction de la fracture numérique !

En clair : La directive DEEE (pour Déchets d’Equipement Electriques et Electroniques) créée une première sous-catégorie au sein de la nomenclature européenne des déchets, centrée à la fois sur les produits électroniques grand public (audio, télé, etc.) et l’électroménager, mais également sur les matériels informatiques. En effet, les entreprises européennes sont responsables du traitement de leurs équipements informatiques depuis 13 août 2005. Pour cette catégorie, la législation impose aux constructeurs comme aux entreprises utilisatrices et aux usagers privés un certain nombre de mesures visant à garantir la bonne mise en œuvre de la chaîne du recyclage. La réglementation rend les entreprises directement responsables de la collecte, du traitement systématique des composants dangereux, de la valorisation de tous les DEEE collectés avec une priorité donnée à la réutilisation et au recyclage.

Le choix d’acteurs fiables pour la prise en charge du recyclage, agréés par les autorités préfectorales, et dotés d’infrastructures ICPE (installations classées pour la protection de l’environnement) permet d’avoir toutes les garanties de conformité à la législation environnementale, voire certifiés ISO. Enfin, il est recommandé de demander la remise de BSDI (Bordereau de Suivi de Déchets Industriels) par les prestataires, ce qui permettra également au DAF de votre entreprise prendre en compte la sortie du produit de ses immobilisations au bilan comptable.

Les filières s’organisent. Voici quelques contacts utiles en région toulousaine : ENVIE (électrique) EASYTRI (papier, piles, cartouches, néons, gobelets plastiques, archives, CD, radiographies, ) www.easytri.fr NADAL (fer) www.nadalfer.com POINTCARTOUCHE (encre) www.printeco.fr COVED (équipements électriques, électroniques) AMERICAFER (ferraille) FOURNIER METAUX (toux métaux) ECOMICRO ONYX EOVAL (piles, tubes néons, aérosols, batteries, solvants, valorisation des hydrocarbures, plastique, métal, bois, déchets minéraux, eaux biodégradables) www.eoval-leprojet.fr

Découvrez l’ensemble des prestations d’APPROCHES Business Consulting, cabinet conseil spécialiste en solutions de développement durable & green business

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *